Brest Infos

Brest : Quand Bernadette Malgorn fait dans l’humour, on rit jaune

La conseillère municipale d’opposition vient de faire sa rentrée politique, et distribue dans Brest un petit journal baptisé « Sciage » (pour que l’arbre ne cache plus la forêt.) Ceci pour se moquer du magazine Sillage de la ville de Brest.

Avec son journal Bernadette pourrait bien scier la branche sur la quelle elle est assise et provoquer sa chute. Bernadette aurait du vérifier mais le sciage était un supplice au Moyen âge, d’origine du Moyen Orient  utilisé pour la mise à mort des condamnés à la peine capitale. Alors que trouve-t-on dans ce magasine brut de sciage ? (Pas très élaboré) 

« Ce premier journal “Sciage”, dont le  titre reflè̀te notre volonté de vous informer librement, sérieusement mais avec humour, sur la vie municipale et communautaire, vous rend compte de notre travail d’élus plus que jamais au service de tous les Brestois ! » dit elle dans son éditorial.

Elle explique dans son journal que contrairement à ce qui est répandu, les élus de l’opposition ne s’opposent pas à tout et tout le temps. « Non à une opposition systématique mais une opposition exigeante ! Souligne-t-elle. » Elle montre un graphique de la synthèse des votes en bleu beaucoup plus de votes pour, en jaune beaucoup d’abstentions et en rouge  très peu de votes contre mais elle omet de préciser les chiffres. Un peu de précision dans ce type d’argumentation ne fait pas de mal. 

En bas de première page elle montre un Quizz ou on lit entre autre  :

1/ En cas de panne du téléphérique, les premiers “secours” arriveront : a) En hélicoptère. B) À vélo. c) Jamais.

6/ Si vous vous garez sur le parking de la mosquée de Pontanézen vous êtes chez : a) Pikachu b) Brest Métropole Habitat. c) Le Vizir Iznogoud.apitre

Voilà l’humour de Bernadette et du groupe de l’opposition à la mairie

Un chapitre est consacré aux finances de la ville et de Brest métropole. "Aujourd’hui, après plus de 25 ans de gestion socialiste, le constat est accablant : notre territoire est fortement endetté à hauteur d’un milliard d’euros !"

Concernant l’éducation le groupe d’opposition pose la question : "Qui peut encore croire les socialistes à Brest ? En périodes électorales, ces donneurs de leçons parlent de dialogue et de priorité à l’éducation… Beaux discours, mais où sont les actes"?

Sur le chapitre sécurité l’opposition rappelle : "Dans la campagne municipale de mars 2014, nous avons dénoncé le déni des socialistes face à l’insécurité. Quatre mois après, le « tram » était la cible d’une attaque au cocktail Molotov. Le 24 décembre 2014, le Centre social « Horizons » partait en fumée et début 2015, c’était au tour de la Poste du quartier de l’Europe. Deux incendies criminels. Mai 2015, en pleine aprèsmidi, dix coups de feu étaient tirés sur le parking d’un magasin de sport, sur fond de rivalités entre bandes. En juillet 2015, un homme de 40 ans poignardé à mort, rue Jean-Jaurès ; une jeune fille tabassée à Saint-Martin. En mai 2016, place Guérin, règlement de comptes entre trafiquants de stupéfiants dont Brest est devenue une plaque tournante. Ce ne sont là que quelques exemples marquants."

Le journal sonne la charge sur les questions d’urbanisme : L’urbanisme à la mode socialiste : “Déshabiller Pierre pour habiller Paul”

Incohérence pour l’environnement "On se gargarise de plans comme l’agenda 21, le plan climat territorial, on prêche l’écologie mais on poursuit un étalement urbain au détriment de zones sensibles comme au Restic, au Stang-Alar, au Costour…"

On ne décernera pas le prix de l’humour à Bernadette pour ce premier numéro de « Sciage » Encore des politiques qui n’ont pas compris que les citoyens ne veulent plus de petites phrases, ni d’humour au ras du caniveau. Ils veulent un changement profond et un renouvellement de la classe politique.

Le magazine Sciage
Le magazine Sciage
Auteur : JR | 27/09/2016 | 2 commentaires
Article précédent : « Primaire de la droite et du centre le résultat 1er tour à Brest »
Article suivant : « Brest : Les universités du Parti Socialiste auront lieux à Penfeld »

Vos commentaires

#1 - Le 27 septembre 2016 à 19h58 par bergero, Brest
Le comble c'est ; "T'es brestois si tu sais que"
Madame je ne sais rien de vos idioties, mais je suis brestois et fier de l'être. En pleine crise identitaire c'est pas top votre histoire.
#2 - Le 28 septembre 2016 à 11h30 par Christine Pelé, Brest
Ce n'est pas demain que la droite va reprendre la mairie de Brest avec une équipe pareille.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter